lupa
esp eus eng fr

Architecture du sel

L'architecture inhabituelle du sel  générée à Añana est le résultat d’un échange des valeurs culturelles et humaines qui ont été développées pendant plus de sept millénaires d'histoire.

Cette architecture populaire ne montre pas les styles architecturaux rigides d’un architecte, mais en raison de sa nature utilitaire dans la vallée,  ont coexisté harmonieusement les innovations technologiques avec des témoignages matérielles des différentes époques.

Suivant les modèles marqués par l'expérience et la tradition, sans intention  les paludiers  ont créé une architecture inhabituelle, anonyme, populaire et traditionnelle.

Sauf  pour de rares exceptions, l'architecture du sel de la vallée salée  n’a jamais été faite par de la main-d'œuvre qualifiée ; c’était toujours les paludiers qui étaient les propres constructeurs et maintenanciers de ce site, en utilisant des matériaux que l’environnement naturel leur fournit tels que la pierre, le bois et l’argile.

Dans le processus, les ressources minimales ont été utilisées avec un rendement maximal d'une manière absolument durable et écologique, en appliquant une technologie ingénieuse. 

Le résultat c’est un paysage humanisé de plus de quatre kilomètres de canalisations en bois qui conduisent de l'eau salée depuis les sources en passant par les puits pour arriver  aux terrasses à gradins, faites en pierre, en bois et en argile , qui soutiennent les aires  où le sel est recueilli.

Cela signifie une grande fragilité des structures, nécessitant des soins et un entretien continu. Les paludiers ont su profiter des murs en pierre comme base pour les structures en bois, sur lesquelles ils ont construit des terrasses de grande hauteur qui, dans certains cas, dépassent les huit mètres.

A partir des  sources jaillit en surface  de la saumure  de manière naturelle et continue, ce qui permet son  utilisation sans avoir besoin de percer ou de pomper. Il y  a un grand nombre de sources dans la vallée salée et ses environs, mais seulement quatre d'entre eux ; (Santa Engracia, La Hontana,  El Pico et Fuentearriba)  qui sont exploitables, car leur débit est permanent ; (environ 2 litres par seconde), et sa salinité est proche de la saturation ; (250 grammes de sel par litre).

ACHEMINEMENT DE LA SAUMURE

Le transport et la distribution de l'eau salée sont effectués  en continu et par gravité à travers un réseau de canalisations appelé royos. Bien que d'origine la plupart d'entre eux étaient de simples fossés excavés dans la terre, avec le temps ils ont été remplacés par des troncs de bois, généralement des pins.

Le principal système de distribution commence son chemin au printemps de Santa Engracia, dans un canal unique, puis se divise en deux  (en Y)  appelé diviseur. Sur le versant oriental de la vallée coule le canal  de Suso et sur l'ouest coule  le Quintana. Pour le premier canal suso  coulent douze parties de la saumure et treize parties par le second canal Quintana. A une courte distance d’un autre diviseur appelé  Celemín, ce dernier est divisé à nouveau en deux. Celui qui alimente la partie orientale continue d'être appelé Quintana, et celui qui alimente la zone centrale s'appelle De medio ou Meadero.

RESERVOIRS  DE LA  SAUMURE

Les réservoirs  sont le cœur des « granjas »  de  la production du sel  et leur remplissage est la cause de la plupart des disputes entre les paludiers. Cela est dû à la quantité limitée d'eau salée émanante des sources, au grand nombre d’aires  ou bassins existants , et à la concentration du travail de production pendant quelques mois spécifiques, de mai à septembre.

Tout ceci explique le nombre élevé de puits dans les salines (actuellement 848 puits) et la nécessité d'un règlement de distribution complexe pour l'utilisation de la saumure, connu sous le nom de "Libro maestro".

La morphologie des puits est variée, qu’on peut diviser en quatre types: ceux de l'extérieur,  ceux à trappe en bois, ceux réchauffeurs, et ceux appelés  des « l'encuve » (encuvage)

AIRES  OU PLATE-FORMES D’EVAPORATION

L’obtention du sel  à Añana est basée sur l'évaporation  de l'eau contenue dans la saumure par des moyens naturels. Pour ce faire, l'eau salée est versée sur des plates-formes horizontales appelées aires, dont la surface varie entre douze et vingt mètres carrés.

L’ensemble  des aires travaillés par le même propriétaire sont appelés  « granjas » .celles-ci sont adaptées à l'orographie complexe du paysage, à la  fois en forme et en hauteur, donnant lieu à des figures compliquées occupant la plus grande partie de la vallée salée. À l'heure actuelle, il y a déjà  plus de 2000 aires récupérés et qui sont en production.

ENTREPÔTS

Les espaces qui sont créés sous les aires sont mis à profit  par les paludiers  comme entrepôts de sel. Dans ces entrepôts privés, les paludiers  déposent le sel produit durant la période du  mai à septembre. En octobre, il est transporté vers des espaces de stockage situés à l’extérieur du champ d’exploitation pour conditionnement et commercialisation.

Nous utilisons des cookies pour les statistiques d'utilisation du Web. Si vous continuez à naviguer, nous comprenons que vous accepte cela,
JE N’ACCEPTE PAS - J'ACCEPTE LES COOKIES